Rechercher

Jour 3 du confinement (17 mars)... toujours avec Creative Problem Solving

Mis à jour : mars 27

Résumé des épisodes précédents :

La situation dans laquelle nous nous trouvons est inédite, complexe, pas très facile. Nous sommes riches de nos méthodes, de nos expériences et de nos apprentissages. Je vous partage ici, jour après jour, en quoi et comment CPS (Creative Problem Solving ou "la Résolution Créative de Problème") peut vous aider à résoudre jour après jour les difficultés que vous rencontrez, professionnellement et ou personnellement.



Vous avez remarqué ? les choses s’organisent… bon ! certaines personnes compensent toujours leur peur de l’avenir en dévalisant les rayons des supermarchés de manière assez irrationnelle alors que d'autres semblent faire face avec calme et humour à la situation.



Gageons que si le premier groupe était doté des moyens qui permettent d’affronter une situation complexe et potentiellement angoissante, leur attitude serait tout autre.
 C'est que nous ne connaissons pas toujours nos ressources ! Quelles sont-elles ?


Il y a entre autre, nos différentes formes d’intelligence : certains d'entre nous ont un goût prononcé pour la rationalité, l'objectivation, et d'autres sont plus dans l'émotion, le sensoriel... ces préférences naturelles et culturelles nous font pencher vers une attitude ou une autre devant un problème. La clarification d'une situation nous invite clairement
 à utiliser ces différentes formes en ouvrant de manière méthodique tous les aspects d'un problème (par le questionnement quintilien), sans négliger les émotions et les ressentis.


Aujourd’hui voyons ce qui se passe après la clarification faite hier.

Vous avez maintenant devant les yeux le résultat de votre questionnement d'hier. Vous savez avec qui vous allez travailler, où, quand, comment etc… toutes ces réponses, et les questions supplémentaires que la clarification a suscitées sont devant vos yeux. 


Qu’en faire ?


En contemplant le résultat de cette étape, vous pouvez être tout à fait affolé-e ou au contraire apaisé-e.

Affolé-e par le nombre d’actions à mettre en place pour traiter tous ces problèmes ; rassuré-e d’avoir une vision un peu plus claire du problème, même s’il ressemble encore un peu à une pelote embrouillée.


C’est là que votre créativité entre en jeu pour vous sortir de ce guêpier !


Qu’est-ce que la créativité ?


Sociologues, psychologues, philosophes en donnent des définitions différentes et complémentaires. Je n’entre pas maintenant dans ce niveau de détail. Je le ferai dans un autre billet, plus tard… nous avons le temps !


Décrite dès les années 1950 par des chercheurs en psychologie comme Carl Rogers (qui ne fut pas le seul à le faire !), la créativité se définit comme « la capacité de produire un travail (au sens large) à la fois novateur, original, et approprié au contexte dans lequel elle s’exprime ».


La créativité est une capacité dont nous sommes tous dotés, même si on en doute parfois. Elle repose sur plusieurs dispositions (que nous possédons plus ou moins) et des préférences que nous avons à les exercer (voir…).
La créativité nous sert notamment à produire des idées pour répondre à des problèmes ! nous y voilà donc…


Après avoir clarifié, nous entrons dans la production d’idées, autrement appelée idéation. Il s'agit maintenant d'IMAGINER.

Vous avez identifié vos problèmes dans la phase de clarification, c’est maintenant le moment de vous emparer d’une feuille (voyez grand) ou de post-its (beaucoup), ou de petits papiers de brouillon découpés (format A5), et de mettre en face de chaque problème qui se pose TOUTES les idées qui vous viennent à l’esprit. C’est la phase de brainstorming (tempête de cerveau, ou remue-méninges en bon français) qui n’a de sens que s’il y a eu avant clarification et ensuite convergence (nous y viendrons).


Donc aujourd’hui c’est REMUE-MENINGES dont la règle est : produire le plus grand nombre d'idées possibles, sans censure ni auto-censure. Vous pourrez consulter ici, très bientôt, les règles d'un brainstorming réussi.



Exemple concret dans notre situation de confinement.


Après avoir répondu aux questions « qui, quoi, comment, quand... » (clarification), j’ai identifié hier que le retour à la maison d’enfants adultes qui viennent y télétravailler, alors que j’ai l’habitude d’être seule depuis plusieurs années allait perturber mon rythme de travail et mon organisation (je fais partie de la génération chicouf, c'est vrai !)


Idéation (en vrac !) : aménager mon bureau dans une autre pièce, travailler à d’autres heures, associer ces nouveaux co-workers (mes enfants !) à mon travail, acheter une rallonge supplémentaire pour brancher mon ordinateur ailleurs, travailler dans le jardin quand il fait beau, aller me promener à une heure différente (attestation en poche bien sûr !), faire un planning de répartition des tâches, téléphoner depuis la cabane de jardin pour être tranquille, fermer ma porte, ouvrir ma porte, leur parler des changements que la situation induit pour moi etc…


Tout n’est pas à conserver ! certaines idées ne seront peut-être pas réalisables.... mais à ce stade, je ne sais pas encore de laquelle de ces idées ou de quelle combinaison d'idées germera la solution à un de mes problèmes identifiés... ou même, la solution à plusieurs de mes problèmes !


je vais regarder ça dans la convergence tiens… et je vous dis la suite demain : qu’est-ce que la convergence des idées ? comment fait-on ? quel est son intérêt ?

7 vues